Frôler Sa Haine - Chapitre 1.1

Publié le 22 Mars 2015

Frôler sa haine. Nouvelle.

Frôler sa haine. Nouvelle.

Chapitre.1.1

La canicule estivale qui sévissait en Europe ces derniers temps n'avait pas épargné les habitants de la ville de Kolun de ses environs. Si tous accéléraient le pas, ce n'était que pour mieux s’abriter dans les grandes surfaces et autres négoces qui cachaient des climatiseurs ou des ventilateurs essoufflés.

Plantée devant un distributeur automatique, une jeune femme à la peau noire et aux cheveux frisés bruns noués en un chignon nuageux, gigotait d'impatience, ce qui semblait amuser la fillette qui lui tenait la main. Il n’y avait qu’à Kolun que de telles machines antiques, existaient encore, grâce à leurs gouvernants ultra-conservateurs et terriblement méfiants face aux progrès technologiques. Il était naturel que l’humain veuille améliorer son quotidien, elle pensait que les villes de Kolun et sa région gagneraient quelque fois à oublier leur entêtement, ne serait-ce qu’afin de remplacer les machines défectueuses que l’on retrouvait dans nombres des services publics, et cela sans pour autant craindre de retomber dans les excès d’une société de surconsommation !

La femme lâcha un soupir exaspéré, puis après avoir jeté quelques coups d'œil furtifs autour d'elle, elle balança un grand coup de pied dans l’appareil ! Devant la mine surprise de l’enfant à ses côtés, la dame courba vers elle.

- Tu as raison, Olivia. Ce n’est pas bien de frapper ! Acquiesça-t-elle en donnant raison à l'air réprobateur de la petite. Tata ne recommencera plus. Promis !

Enfin, la machine annonça par un grésillement mécanique qu'elle reconnaissait le compte de mademoiselle « Julia Dika » et procura par la même occasion, un intense soulagement au visage de la jeune femme. Celle-ci lâcha alors la menotte de sa nièce pour récupérer les billets qui se mirent à sortir précipitamment de la fente.

Sur le trottoir d'en face, un jeune homme en veste kaki avançait à une cadence militaire. Du coin de l’œil, il avait observé Julia et sa nièce depuis l’angle de la rue d'où il avait apparu. Déjà que l'attitude de la jeune femme face à la machine récalcitrante témoignait, à ses yeux, d'une agressivité et d’un cruel manque de retenue, le fait qu'elle ait lâchée la main d'une enfant d'à peine quatre ans en pleine rue, et aussi près de la chaussée, démontrait définitivement son irresponsabilité.

Il suivit des yeux la petite lorsque celle-ci se retourna vers le vendeur de ballons de baudruche qui attirait tous les bambins présents et leurs parents depuis quelques minutes de son côté du trottoir ; ses yeux ne la lâchèrent pas non plus quand la gamine, sans aucune hésitation, entreprit de traverser la chaussée vers l'objet de sa convoitise. L’instant d’une seconde, son attention se porta à nouveau sur la dame qui n'avait toujours pas fini avec la machine, qui semblait complètement débloquer maintenant. Et puisque personne dans l’entourage ne voulait prêter la moindre attention à toute la scène, il comprit qu’il revenait à lui, d’agir. Lui ! Surtout qu'il y avait cette voiture qui s’approchait dangereusement...

(à suivre...) ;)

Rédigé par Reine Dibussi

Publié dans #Nouvelle, #illustration numérique, #FSH

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Colette 26/03/2015 14:54

Tres beau debut, Reine!

Reine Dibussi 26/03/2015 18:00

Merci Colette. :)

hertzy vital 23/03/2015 20:09

On attend..........

Reine Dibussi 26/03/2015 17:59

Loool la pressioooon ! J'espère que tu as lu jusqu'au bout hein! :)